Le lac Léman à l’âge du Bronze - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2020

Le lac Léman à l’âge du Bronze

(1, 2) , (1, 3) , (1, 3) , (1) , (1, 4)
1
2
3
4

Abstract

Lake Geneva forms both a boundary and a natural passage. In the western part the area of the Small Lake hosts a large number of recent discoveries and makes it possible to carry out an analysis of the structural data of human settlements. An initial attempt to carry out an archaeogeographic study of the occupations according to possible road constructions and plots of land finally resulted in a heterogeneous set of data. However, this diversity of sites, their locations and their situations enabled us to carry out a different type of study by analysing the social space represented by each site compared to the other sites. However, this approach means questioning the type of object taken into account. The geographical peculiarity of the occupations leads to the creation of a graphic rendering that can take into account, inherently, each site as being a unit of a region or a territory, forming part of a complex semiological and iconological economy. Each is considered as being an isolated consistent whole. In each case we will try to understand the phenomena that underlay the very structure of the local landscape organisation. As the latter was subject to complex dynamics, both spatial and temporal, it is not a matter of analysing a linear progression but rather of analysing multiple processes that contributed to the structuring of the sites. It is therefore necessary to create a reading grid of the space to be mapped which makes it possible to highlight the interrelations between the different territorial components. As a result, these make it possible to reveal territorial dynamics that will be advanced as a hypothesis. The proposed geographical study involves the coexistence of several “metastable elements”, i.e. elements linked by their geographical and temporal closeness. In the course of time, each entity witnessed the appearance of new forms accompanying the disappearance of the ancient ones. This morphogenesis has structured the space which leads us to an analysis of the relationships between the sites defined by the ‘place’, the ‘space’ and the ‘boundary’. It is essential that each of these notions to be defined in order to understand the social geography of the Bronze Age populations. Lastly, the comparison of archaeological data with their spatialisation makes it possible to question the hierarchical aspect of the sites and the social and economic organisation of the area.
Le lac Léman forme à la fois une frontière et un formidable couloir de circulation naturel. À l’ouest, le secteur du Petit Lac, avec ses nombreuses découvertes récentes, permet d’envisager une analyse des données structurelles d’installation humaines. Après une tentative initiale d’étude archéogéographique des occupations selon les constructions viaires et parcellaires envisageables., c’est finalement un ensemble hétérogène de données qui en ressort. Cependant, cette diversité des sites, leurs emplacements et leurs situations permet un autre type d’étude, celle de l’analyse de l’espace social que représente chaque site par rapport aux autres. Ce raisonnement nécessite cependant de s’interroger sur le type d’objet pris en compte. La particularité géographique des occupations conduit à créer un rendu graphique qui puisse prendre en compte, de façon consubstantielle, chaque site comme une unité d’un terroir ou d’un territoire, faisant partie d’une économie sémiologique et iconologique complexe. Chacun est considéré comme un ensemble cohérent isolé. On cherchera à en comprendre, pour chacun, les phénomènes qui constituent la structure même de l’organisation paysagère locale. Cette dernière étant placée dans une dynamique complexe, à la fois spatiale et chronologique, il ne s’agit pas d’analyser un déroulement linéaire mais les processus multiples qui ont contribué à la structuration des sites. Il faut ainsi élaborer une grille de lecture de l’espace à cartographier qui permet de livrer les interrelations entre les différentes composantes territoriales. En conséquence, au travers d’elles, c’est la dynamique territoriale qui sera placée comme postulat. L’étude géographique proposée est la mise en coexistence de plusieurs éléments « métastables », c’est à dire liés par leur proximité géographique et chronologique. Au cours du temps, chaque entité a vu l’apparition de formes nouvelles accompagnant la disparition des anciennes. Cette morphogénèse a structuré l’espace qui nous conduit à une analyse des relations entre les sites définies par le lieu, l’espace et la frontière. Chacune de ces notions est indispensable à définir pour comprendre la géographie sociale des populations de l’âge du Bronze. Pour finir, le rapprochement de données archéologiques avec leur spatialisation permet de s’interroger sur l’aspect hiérarchique des sites et sur l’organisation sociale et économique du secteur.
Not file

Dates and versions

hal-03216558 , version 1 (04-05-2021)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-03216558 , version 1

Cite

Pierre Broutin, Sylvie Cousseran-Néré, Eric Néré, Florent Notier, Manon Cabanis. Le lac Léman à l’âge du Bronze : L’exemple du secteur du Petit Lac : les enjeux d’une dynamique de territoire. Entre terres et eaux. Les sites littoraux de l’âge du Bronze : spécificités et relations avec l’arrière-pays. Séance de la Société préhistorique française, Yves Billaud; Thibault Lachenal, Oct 2017, Agde, France. pp.81-91. ⟨hal-03216558⟩
24 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More