Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

ÎLE-de-FRANCE, SEINE-ET-MARNE, MOISSY-CRAMAYEL, "Chanteloup", Parc d’activités Prologis de Chanteloup, zone sud, secteur central. Villa gallo-romaine et hameau médiéval de "Chanteloup" (Ier-XIIe s. ap. J.-C.) : VOLUME 1 : parties n° I-Dossier d’opération et II-Résultats et planches illustrées ; VOLUME 2 : partie n°III-Annexes ; VOLUME 3 : partie n°IV-Inventaires

Résumé : Entre octobre 2008 et septembre 2009, une fouille de 4,8 ha sur le Parc d'activités Prologis de “Chanteloup”, à Moissy-Cramayel (77), a permis de mettre au jour plus de 5900 faits, correspondant à une grande exploitation gallo romaine à l'endroit de laquelle se développe un hameau médiéval (Ier-XIIe s. ap. J. C.). Les limites ouest, nord et est du site ont été décapées. Il se poursuit cependant hors emprise vers le sud. Une telle concentration et qualité de vestiges constituent l'un des gisements archéologiques ruraux les plus importants de la ville nouvelle de Sénart et plus largement d’Île-de-France. La continuité d'occupation, assez rarement rencontrée pour ces périodes, lui confère un intérêt majeur et suggère un statut particulier. La surface totale de la villa peut être estimée à 2,5 ha minimum. D'environ 275 m de long, pour 95 m de large, avec un bâtiment résidentiel de 725 m2 et au moins cinq bâtiments annexes sur fondations de pierres, cet établissement se classe parmi les rares grandes fermes des plateaux parisiens. Il est comparable aux villae du nord et de l'est de la Gaule. Les éléments céramiques permettent de situer sa fondation pendant la fin du Ier ou la première moitié du IIe s. ap. J.-C., avec une continuité d'occupation jusqu'à la période mérovingienne. Au sein du bâtiment résidentiel, une cave a livré 18 monnaies “de nécessité” accompagnées de près de 200 résidus métallurgiques traduisant l'activité d'un atelier monétaire du dernier quart du IIIe siècle ou du tout début des années 300, suggérant un statut politique particulier du site pendant cette période. Situé hors de l’enclos principal, le dépôt de bovins 11161, daté par radiocarbone entre 256 et 427 ap. J.-C. est remarquable pour quatre raisons : sa datation tardive, sa localisation au nord du site (isolé de tout vestige identifié de la même période), sa forme atypique de carré fossoyé (pour le moment inconnue pour cette période) et l’agencement des trois individus disposés alignés sur 3 des 4 côtés. Ce type de dépôts semble inédit en Gaule romaine. Environ 120 fours sub-rectangulaires de petite taille (en “cigare”) se répartissent au centre de la pars urbana et au sein de l'arrière cour. Les datations archéo-magnétiques et céramiques semblent situer leurs fonctionnements pendant le dernier tiers du IVe et / ou le premier tiers du Ve s. ap. J.-C. Ils n'ont livré ni résidu métallurgique, ni reste faunique, ni macro-reste carpologique. Les résultats des études phytolithique et anthracologique semblent indiquer une probable activité liée au séchage ou maltage de céréales. Une telle densité, inédite pour les plateaux franciliens, évoque une production importante, dépassant le cercle familial ou communautaire A l’instar du Bas-Empire, l’occupation mérovingienne est en grande partie oblitérée par les implantations postérieures et son organisation est difficilement perceptible. Elle semble s'affranchir en partie de la trame antique en se développant et se recentrant vers le nord, au niveau et en périphérie de l’ancienne “pars urbana”. L’occupation carolingienne semble s'inscrire dans les limites de la période précédente. Dans la partie nord, une organisation de type “unité agricole”, composée de plusieurs bâtiments sur poteaux, s’organise autour d’une “cour”. Une quarantaine de sépultures, attribuables à l’intervalle 2nde moitié VIIe s.- Xe s. ap. J.-C. a été mise au jour. A la fin de la période carolingienne et au début du Moyen Age une réorganisation de l'habitat s'opère. Trois chemins bordés de fossés desservent l’habitat depuis le nord-ouest, le sud et l'est. L’occupation, et notamment les bâtiments, s’organise le long de ces axes de circulation. Les tracés des chemins nord-ouest et sud convergent vers le centre du site, en évitant un ensemble fossoyé sub-circulaire d’environ 33 m par 38 m. Cet enclos est “barré” au sud par plusieurs fossés rectilignes. A l’intérieur de cet enclos un bâtiment d’environ 110 m2 a été reconnu. Ce bâtiment et les fossés qui l’entourent appartiennent à la dernière phase de l’occupation (XIe / XIIe siècles). La découverte, au fond d’un puits central maçonné, d’un ensemble de céramiques complètes du milieu du XIIe siècle illustre de manière éclatante la permanence d'occupation : de fondation romaine, au centre de la cour de la pars urbana, il est reconstruit pendant la période carolingienne, pour être finalement abandonné aux alentours du règne de Louis VII. La fin de l’occupation pourrait coïncider avec la fondation de la ferme actuelle de Chanteloup, située en bordure est de l’emprise de fouille, et dont la plus ancienne mention remonte à 1177.
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02884953
Contributor : Gilles Desrayaud <>
Submitted on : Tuesday, June 30, 2020 - 11:48:44 AM
Last modification on : Friday, September 25, 2020 - 11:34:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02884953, version 1

Collections

Citation

Gilles Desrayaud, Nicolas Warmé, Gisèle Allenet De Ribemont, Paul Brunet, Caroline Claude-Devalez, et al.. ÎLE-de-FRANCE, SEINE-ET-MARNE, MOISSY-CRAMAYEL, "Chanteloup", Parc d’activités Prologis de Chanteloup, zone sud, secteur central. Villa gallo-romaine et hameau médiéval de "Chanteloup" (Ier-XIIe s. ap. J.-C.) : VOLUME 1 : parties n° I-Dossier d’opération et II-Résultats et planches illustrées ; VOLUME 2 : partie n°III-Annexes ; VOLUME 3 : partie n°IV-Inventaires. [Rapport de recherche] Institut national de recherches archéologiques préventives. 2016. ⟨hal-02884953⟩

Share

Metrics

Record views

33

Files downloads

45