Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

Immeuble Reine Jeanne, Pertuis (Vaucluse)

Résumé : Une demande volontaire de diagnostic archéologique a été déposée auprès du Service Régional de l’Archéologie par l’Association Syndicale Libre « La Reine Jeanne - Mirabeau » pour les terrains sis à Pertuis entre la rue Petite, la rue Beaujeu et la place Mirabeau cadastrés BV 110 et BV 648. Les immeubles occupant ces parcelles font l’objet d’un projet de restauration et de réhabilitation en logements et commerces. À l’angle nord-ouest de la parcelle BV 648, donnant sur les rues Petite et Beaujeu, se trouvent les deux façades inscrites depuis 1931 à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques appartenant à l’immeuble dit de « la Reine Jeanne ». Les travaux de réhabilitation ayant commencé lors de l’intervention, l’étude s’est concentrée sur le repérage des grandes articulations chronologiques du bâti. Les éléments bâtis les plus anciens repérés au cours du diagnostic se situent en coeur d’îlot et subsistent sous la forme de parements en grand appareil échappant en partie au périmètre étudié et isolés des voies publiques par les reconstructions plus récentes. Des caves couvertes de voûte d’arêtes appareillées sont également à attribuer à cet état précoce du bâti. La deuxième phase de construction est matérialisée par une façade sur cour en moyen appareil et une cage d’escalier en vis dans l’angle formé par la façade avec un second corps de bâtiment disparu. Au nord, en bord de rue, deux piliers reliés par un arc appareillé, fossilisés dans le bâti ultérieur, témoignent de l’existence d’un premier niveau largement ouvert. Les caves associées à cet état sont voûtées en berceau. Un ambitieux programme résidentiel qui restera inachevé marque la troisième phase de construction. Il s’affranchit des partitions bâties héritées des phases précédentes et vise à supplanter progressivement les constructions plus anciennes. Les deux façades sur rue en grand appareil de calcaire jaune de cette construction se caractérisent par l’alternance de travées aveugles en saillie encadrées de colonnes et de travées dotées de fenêtres à meneau. Un portail composé d’un entablement porté par des consoles s’intègre dans cette composition mais pourrait résulter d’un état antérieur en raison des ruptures d’assises notables entre l’appareil de la façade et celui du portail. D’après les recherches menées par Elizabeth Sauze pour le Service de l’Inventaire, les parcelles sur lesquelles a été érigée cette maison sont acquises au début du XVIIe siècle par l’une des plus opulentes familles de Pertuis, les Saint-Martin, dont les membres occupent les fonctions de juges royaux et de médecins. Les Saint-Martin descendent d’une lignée de médecins juifs pertuisiens, convertie au catholicisme à la fin du XVe siècle. Cette maison est en effet construite dans l’un des îlots où au moyen âge était confinée la communauté juive locale et où les descendants des néophytes possèdent encore des parcelles au XVIIe siècle. La prestance architecturale de la maison témoigne du statut social de ses commanditaires.
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02457036
Contributor : Robert Thernot <>
Submitted on : Monday, January 27, 2020 - 5:22:14 PM
Last modification on : Tuesday, January 28, 2020 - 1:36:26 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02457036, version 1

Collections

Citation

Robert Thernot. Immeuble Reine Jeanne, Pertuis (Vaucluse). [Research Report] Inrap MED. 2014. ⟨hal-02457036⟩

Share

Metrics

Record views

19