Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

Herlies, Nord, les Hauts Champs : rapport de diagnostic

Résumé : Au terme de l'opération, les vestiges témoignent d'occupations couvrant une fourchette chronologique comprise entre l'âge du Bronze moyen et le Moyen Âge. Ceux-ci correspondent principalement à des structures en creux : fosses (rejet ? extraction ? mare), fossés (culture intensive, enclos, parcellaire, funéraire ?), trous de poteau (bâtiment) et bûchers funéraires. Deux fosses et un cercle matérialisent des traces d'occupations humaines comprises entre l'âge du Bronze moyen et final. Dispersés sur le site, les vestiges n'évoquent pas de structuration, ni d'organisation particulière. Néanmoins, la présence probable d'un monument funéraire favorise une expertise plus approfondie dans ce secteur. Deux secteurs datés entre la Tène B et C sont répartis entre le nord et le sud de l'emprise. Au nord, les traces de structuration sont extrêmement ténues. L'occupation est illustrée par deux fossés parallèles et orientés ouest-est. En revanche, au sud de l'emprise, les vestiges sont plus nombreux et concentrés. Des traces de bâtiment(s) sur poteaux plantés, une excavation caractérisée par des comblements très hydromorphes (mare ?), un fossé et une fosse permettent d'entrevoir une occupation plus dense et localisée en aval du versant. Le mobilier céramique, la faune, l'ossement humain et les matériaux de construction rappelle les caractéristiques d'une occupation domestique. Le Haut-Empire constitue l'époque la mieux cernée et la plus dense. Quatre secteurs ont livré des vestiges dont les datations oscillent entre le Ier et le IIe siècle de n.è. Au cours du Ier siècle de n.è., une pratique funéraire émerge (secteur I). Trois bûchers funéraires associés à deux fosses de rejet ont été édifiés au nord de l'emprise. La fouille exhaustive de l'un des bûchers a permis de restituer, du moins en partie, le déroulement de la crémation. D'après la répartition spatiale des résidus issus de la crémation et leurs analyses, la charpente du bûcher a été construite au dessus d'une fosse réceptacle. Au terme du processus crématoire, le corps a été prélevé en partie. Cet élément, apporté par l'étude des restes humains, permet de conforter l'hypothèse du bûcher funéraire et non d'une tombe bûcher. Ainsi, la ou les tombes afférentes, indépendantes du bûcher, n'ont pas été décelées lors du diagnostic. Des objets ont été déposés sur la structure avant la mise au feu. L'étude du mobilier métallique a également révélé la présence de chaussures et probablement de mobilier externe au bûcher. Néanmoins, le brassage de la couche de combustion, nécessaire pour la collecte du défunt, n'a pas permis d'appréhender la répartition spatiale des objets et la position du corps sur le bûcher. Ces structures représentent un nouvel apport dans l'étude du rituel funéraire en usage au Ier siècle de n.è. Une autre série de vestiges datés du IIe siècle de n.è. a été appréhendée (secteur II). Ils correspondent principalement à des structures en creux. Le mobilier céramique et en fer renvoient à des pratiques domestiques rompant catégoriquement avec l'occupation funéraire. Des aménagements ont également été mis au jour au sud-ouest de l'emprise (secteur III). Il s'agit principalement de fondations édifiées sur des niveaux riches en mobilier qui suggèrent la présence de vestiges plus en profondeur. La structuration de l'occupation n'a pas été clairement perçue. Néanmoins, elle se concentre entre six tranchées. Enfin, les implantations de deux trames fossoyées (secteur IV) s'étendent au centre de l'emprise. La première trame se matérialise principalement par le creusement de deux fossés rectilignes et parallèles. Bien que la délimitation foncière semble être la fonction première de cette trame fossoyée incomplète, son rôle draineur para\ⁱt tout aussi vraisemblable. Parallèlement cette phase d'occupation est également marquée par la création d'un enclos fossoyé (probablement d'habitat) à double enceinte dans son état primitif reconnu que très partiellement. Les traces d'occupation entre le XIIIe et XIVe siècle se cantonnent exclusivement à quatre vestiges très localisés au nord-est de l'emprise.
Document type :
Reports
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02427283
Contributor : Sophie Oudry <>
Submitted on : Friday, January 3, 2020 - 2:21:25 PM
Last modification on : Sunday, October 25, 2020 - 7:06:07 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02427283, version 1

Citation

Virginie Bak, David Bardel, Jean-François Geoffroy, Benjamin Jagou, Yann Lorin, et al.. Herlies, Nord, les Hauts Champs : rapport de diagnostic. [Rapport de recherche] Inrap NP. 2016, pp.107. ⟨hal-02427283⟩

Share

Metrics

Record views

82