Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les verreries de la ZAC Saint-Malo/Ille à Rennes (Ille-et-Vilaine)

Résumé : Dans la continuité de la présentation des verres en contextes médiévaux et modernes à Rennes réalisée pour les rencontres AFAV de Bruxelles, il nous a semblé important de rendre hommage à J.-Y. Cotten (1) qui, jusqu'en 1989, s'est intéressé à ce domaine dans la région (2). En 1987-1988, la construction d'un ensemble immobilier à l'extrémité de la rue de Saint-Malo, a été l'occasion d'aborder l'occupation de ce secteur situé en dehors des murs d'enceinte de la ville antique et médiévale. La fouille de cet espace à flan de coteau a permis d'identifier une occupation antique du début du I er au IV e siècle après J.-C. avec des habitats privés et des espaces artisanaux situés de part et d'autre d'une voirie. Après abandon, l'habitat réapparaît sur cette parcelle à la fin du XVII e et au XVIII e siècle. Si pour différentes raisons, cette fouille reste aujourd'hui inédite et mal documentée, le mobilier demeure accessible et plusieurs études préparatoires ont été conservées, dont l'annexe de J.-Y. Cotten consacrée aux verreries médiévales et modernes découvertes à cette occasion. Il s'agit donc ici de porter à la connaissance de tous ce lot qui, bien que restreint et hors contexte, n'en demeure pas moins celui qui a livré, jusqu'à maintenant, les seules ver-reries médiévales de la cité. Les niveaux superficiels du site, bouleversés et largement remaniés à une époque tardive, ont livré un abondant matériel « moderne », que l'absence de contextes homogènes ne permet pas de situer précisément sur le plan chronologique. Parmi ce matériel essentiellement céramique, un petit lot de verres médiévaux et post-médiévaux, d'un intérêt documentaire non négligeable, si l'on considère l'indigence de nos connaissances en ce qui concerne la verrerie en circulation au Moyen-Age dans l'Ouest armoricain. Il a donc paru utile de s'attarder sur ces fragments, le plus souvent extrêmement dégradés par la corrosion, mais dont l'analyse s'est révélée fertile en informations. Elle situe résolument la Bretagne dans l'orbite nord-européen, et cela dès le XIIIe siècle, s'inscrivant par là-même dans le cadre plus vaste de l'étude du commerce international et de ses rapports avec le duché, vers la fin de l'indépendance. Le lot se compose de 18 objets en verre, tous issus de diverses parties de récipients (verres à boire et flacons). Le premier individu, bien que très fragmenté, correspond au profil quasiment complet d'un grand verre à tige creuse et pied très évasé, presque plat, orné de fines côtes spiralées (n°1). La coupe, réalisée indépendamment, a le fond bombé ; elle s'orne de neuf (?) côtes verticales obtenues par soufflage au moule. Elles montrent un fort relief à la base, puis s'affinent avant de se fondre à la lèvre. Celle-ci est adoucie au feu et soulignée extérieurement d'une fine gorge. Le pied et la coupe ont été soudés à chaud. En verre de teinte bleu-vert très altéré, le récipient présente un diamètre à la lèvre d'environ 5 cm, pour 8 cm au niveau du pied. Conséquence de l'excessive finesse de son matériau, ce verre nous est parvenu à l'état d'une collection de fragments et d'éclats, très altérés, ce qui n'a pas facilité sa restitution. La taille totale de l'objet demeure hypothétique (aux alentours de 15 cm), mais le problème majeur fut lié au profil de la coupe : celle-ci n'est en effet conservée qu'au niveau des côtes et il a fallu un examen attentif des plus importants fragments subsistants pour que soit retenue cette forme presque cylindrique. Ce type de verre à tige est connu, sous un certain nombre de variantes (tige pleine ou creuse, coupe plus ou moins évasée…), dans les régions du Nord de la France, des Pays-Bas, de Belgique et du Rhin, zone où il fut vraisemblablement produit aux XIII e et XIV e siècles (3). Des pièces proches ont été exhumées à Saint-Denis (4) ainsi que lors des fouilles de la cour Napoléon au Louvre. Mais on le rapprochera spécialement les verres de Besançon, rue de Vignier (1 ère moitié du XIV e) et du Mans, école Claude Chappe (fin XIII e-XIV e siècle) (5). Le spécimen rennais confirme l'existence des rapports étroits entre la Bretagne et la France septentrionale durant les XIII e et XIV e siècles, période de sujétion politique et économique, mais aussi d'ouverture vers les marchés extérieurs et le commerce international (6). Les pièces suivantes sont des fragments de gobelets à côtes spiralées en verre bleu-vert plus ou moins corrodé (n°2 à 5). Ce type de gobelet à côtes spiralées est fréquent dans l'Est de la France, en Belgique, Hollande et régions rhénanes dans des contextes des XIV e et XV e siècles (7).
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02413643
Contributor : Françoise Labaune-Jean <>
Submitted on : Monday, December 16, 2019 - 11:53:09 AM
Last modification on : Thursday, March 12, 2020 - 4:17:37 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, March 17, 2020 - 6:14:16 PM

File

AFAV2009 labaune-cotten.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-02413643, version 1

Citation

Françoise Labaune-Jean, Jean-Yves Cotten (†). Les verreries de la ZAC Saint-Malo/Ille à Rennes (Ille-et-Vilaine). Bulletin de l'Association Française pour l'Archéologie du Verre, Association Française pour l'Archéologie du Verre (AFAV), 2009, pp.71-73. ⟨hal-02413643⟩

Share

Metrics

Record views

42

Files downloads

28