Nord-Pas-de-Calais, Fréthun, Allée des Charmes. Occupations rurales en bordure de la plaine maritime du XIIe au début du XVIe siècle : rapport de Fouille.

Résumé : Quatre phases d’occupation ont pu être observées. La première est anecdotique et n’a pu être datée avec précision. Elle est antérieure à la phase de la seconde moitié du XIIe siècle et a livré un nombre indigent de tessons dont les productions sont globalement médiévales. Elle se compose de tronçons de fossés de faible épaisseur formant des parcelles orientées nord-ouest/sud-est. L’absence de déchets domestiques fait penser que les parcelles avaient une fonction de pâturage ou de mise en culture. La présence d’un système d’entrée en chicane indique sans doute une fonction axée sur le parcage d’animaux. La deuxième phase, datée de la seconde moitié du XIIe siècle, est mieux documentée. Elle se constitue d’une occupation en parcelle laniérée avec une répartition tripartite de l’espace. Un réseau de trois fossés forme une parcelle en "U" de 506 m², orientée sud-ouest/nord-est. Dans le fossé le plus à l’ouest, une palissade sur poteaux de bois vient renforcer l’idée de limite parcellaire. Le fond de parcelle est un espace dédié au stockage. En effet, deux structures circulaires et semi-circulaires, l’une reliée à un fossé, l’autre à une possible mare ont pu être observées. Ces structures sont caractéristiques de la plaine maritime flamande qui borde le sud de la mer du Nord. De nombreux exemples ont été découverts sur la côte belge et dans les Pays-Bas actuels. Il s’agit de cercles à l’intérieur desquels on place une meule de foin, éventuellement protégée par un toit de protection en chaume. Un espace vide sépare cet ensemble des structures dites domestiques. L’effet de paroi formé par certaines entités archéologiques indique peut-être la présence d’une barrière en matériaux périssables et en tous les cas une structuration de l’espace. La limite nord-est de l’emprise est marquée par la présence d’un puits, d’un four, d’un fond de cabane ou celliers et de fosses dépotoirs. Les comblements riches en torchis brulés, charbons, faunes et céramiques sont autant d’arguments qui indiquent la proximité immédiate de l’habitat, malheureusement situé en dehors de l’emprise de fouille. Même si cette vision partielle de l’occupation semble converger vers une interprétation de type habitat, le spectre céramique de cette phase présente une anomalie. En effet, la surreprésentation des pichets peut plaider en faveur d’un commerce de type taverne. Seulement quelques années séparent la troisième phase de la deuxième. Le mobilier céramique semble indiquer une occupation datée du milieu du XIIIe siècle. Plusieurs changements structurels sont à noter. Le parcellaire fait une rotation à 90° et est orienté désormais nord-ouest/sud-est. Il se compose d’un large fossé en limite sud-ouest et de deux petits fossés parallèles centraux, espacés de 4,50 m, interprétés comme fossés bordiers d’un chemin secondaire. Ainsi se forment deux parcelles, l’une au nord et l’autre au sud. La parcelle la plus au nord a été moins perturbée par les structures de la phase postérieure. On peut ainsi y distinguer deux ensembles : un premier au sud, avec des structures liées à l’habitat et un second au nord avec des vestiges à vocation domestique. Une partie d’un grand bâtiment excavé quadrangulaire a été mis au jour. La présence d’un coquemar quasi-entier, d’une pierre de seuil et d’une pierre à aiguiser contribue à interpréter cette structure comme une annexe de l’habitat. À l’arrière, une autre fosse quadrangulaire présente les caractéristiques d’une latrine, tandis que les fosses alentours ont du servir à l’extraction de matériau pour la construction des bâtiments hors emprise. Le puits semble toujours utilisé. Tout autour s’organisent des fosses-dépotoirs et deux celliers sans doute à superstructure en bois. Le contexte géo-politique très tendu de Fréthun au Moyen Âge entraîna sans doute de nombreux mouvements de populations face aux différents raids français et anglais. Le village a fait parti de l’enclave anglaise « Le Pale de Calais » de 1360 à 1558. Après un hiatus de plus de deux siècles, la parcelle de est de nouveau occupée entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle, avant la reconquête française. Les vestiges découverts peuvent être interprétés comme une exploitation agricole. Cette dernière se compose de deux bâtiments, disposés en quinconce, s’ouvrant sur une large cour aux multiples structures en creux. Le premier bâtiment dispose d’une fondation en moellons calcaires. Le second bâtiment est symbolisé uniquement par un seuil formé de blocs de grès et de calcaire, et par le vide formé par les structures alentours. Une cheminée, formée de briques posées à plat et de chant, se place en son centre. Autour des lambeaux de sol en terre battue ont pu être identifiés. La présence d’un âtre dans cette construction permet d’interpréter cette entité comme le logis de cette exploitation. Les autres structures, concentrées en grande partie près du premier bâtiment, se constituent de fosses-dépotoirs, de possibles latrines et d’un silo piriforme. On dénombre également six cabanes excavées quadrangulaires de module constant. Deux hypothèses peuvent être proposées quant à la fonction de ces structures : celle servant d’abri à de petits mammifères ou celle de laiterie/fromagerie. Cette exploitation agricole est rapidement abandonnée dès le début du XVIe siècle. La parcelle servira alors de champs jusqu’à aujourd’hui.
Complete list of metadatas

Cited literature [143 references]  Display  Hide  Download

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02297373
Contributor : Vaiana Vincent <>
Submitted on : Thursday, September 26, 2019 - 10:07:55 AM
Last modification on : Thursday, October 17, 2019 - 9:24:06 AM

File

VINCENT 2015_Fréthun_allée d...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02297373, version 1

Collections

Citation

Vaiana Vincent, Christine Cercy, Benoît Clavel, Virginie Decoupigny, Laurent Deschodt, et al.. Nord-Pas-de-Calais, Fréthun, Allée des Charmes. Occupations rurales en bordure de la plaine maritime du XIIe au début du XVIe siècle : rapport de Fouille.. [Rapport de recherche] Inrap Nord-Picardie. 2015. ⟨hal-02297373⟩

Share

Metrics

Record views

17

Files downloads

8