Nord-Pas-de-Calais, Lille, rue du Palais Rihour, square Morisson. La tour de l'Angèle et l'enceinte médiévale de Lille. Volume 2 : rapport de fouilles

Résumé : La fouille archéologique a permis de mettre en évidence les niveaux sur lesquels s'installent la fortification, ainsi que I'évolution de celle-ci, depuis sa mise en place au cours du XIVe siècle jusqu'à son démantèlement au XVIIe siècle. Le terrain est localisé en marge d'un paléochenal de la Deûle. II s'agit du bras sud d'un chenal secondaire cernant une zone émergée, l'îlot Rihour. Le colmatage final contient des tourbes qui n'ont livré aucun mobilier datant. Quelques niveaux surmontent ces tourbes, qui attestent de la fréquentation du secteur au XIIIe siècle et au début du XIVe siècle. La première fortification mise en évidence comporte un fossé ainsi qu'une levée de terre flanquée d'une tour quadrangulaire, dite Jehan le Neveu ou de l'Angèle. Compte tenu de l'instabilité du terrain, trois côtés sont fondés sur des piles reposant sur de petits pieux et des arcs de décharge. La face de la tour côté fossé est constituée d'un mur plein contrebuté d'un contrefort central et de deux contreforts latéraux. Seul le niveau de fondation de cette tour est conservé. La levée de terre associée à cette première tour se compose des niveaux de construction de la tour surmontés de remblais hétérogènes. Cette terrée a été observée sur une longueur totale de 13 m, une profondeur de 14 m et une hauteur de plus de 2 m. La mise en place de cette première tour est située dans la première moitié du XIVe siècle. Rapidement, la levée de terre est maintenue côté fossé par un mur de briques. Mais l'instabilité des terrains alliée au poids de la maçonnerie entraîne l'effondrement de la tour. La réparation intervient rapidement. A partir de 1384, soit dès le début de la période bourguignonne, la fortification change d'aspect. Une nouvelle tour est construite, fortement saillante sur le fossé cette fois-ci. De plan semi-circulaire, cette tour de 9,60 m de diamètre moyen englobe une partie de la tour quadrangulaire. La tour repose sur plus de 300 pieux et surmontés d'un radier de planches. La tour, à base pleine, est maçonnée sur ce puissant dispositif. Elle est conservée sur près de 2 m de hauteur. Bien qu'aucune ouverture de tir n'ait pu être observée il est probable que cet édifice ait été conçu d'emblée comme pouvant être adapté à l'usage systématique de l'arme à feu. Le fossé correspondant à cet état comprend de nombreux aménagements en bois et en clayonnage. Le mobilier contenu dans les différents niveaux de comblement est particulièrement abondant et reflète bien la culture matérielle de la seconde moitié du XVe et du XVIe siècle. La largeur de ce fossé d'enceinte est estimée à plus d'une trentaine de mètres. A une date qu'il est difficile d'estimer, la tour subit de nombreux désordres (affaissements, fissures). Malgré des solutions techniques variées et la grande qualité de sa mise en oeuvre, la forte instabilité du terrain n'est jamais compensée et entraîne toujours de nombreuses faiblesses dans la construction. A la suite de l'extension de la ville vers le sud-ouest, à partir de 1603-1604, la tour est démantelée, le fossé comblé et le secteur rapidement urbanisé.
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02294956
Contributor : Vaiana Vincent <>
Submitted on : Monday, September 23, 2019 - 9:16:53 PM
Last modification on : Thursday, October 17, 2019 - 9:24:06 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02294956, version 1

Citation

Christine Cercy, Muriel Boulen, Benoît Clavel, Maud Barme, Laurent Deschodt, et al.. Nord-Pas-de-Calais, Lille, rue du Palais Rihour, square Morisson. La tour de l'Angèle et l'enceinte médiévale de Lille. Volume 2 : rapport de fouilles. [Rapport de recherche] Inrap Nord-Picardie. 2012. ⟨hal-02294956⟩

Share

Metrics

Record views

17