Hauts-de-France, Loos, Rue du Marais. Centre pénitencier. Tranche 2 : Rapport de Diagnostic

Résumé : La deuxième tranche de diagnostic sur l’emplacement de la maison d’arrêt de Loos a concerné une surface accessible d’environ 49 657 m². Cinquante-six tranchées ont été pratiquées pour un taux d’ouverture en surface de 20 %. L’Antiquité est marquée par la conservation d’un ancien horizon superficiel holocène très organique dans une zone basse du fond de vallée et de deux fossés contemporains. Les aménagements datés du Moyen Âge sont peu nombreux et consistent uniquement en structures fossoyées. Les plus anciens sont deux fossés qui pourraient avoir été en usage aux XIe-XIIe s. Dans la zone basse, un fossé, large de 10 m, comblé au XIIIe siècle, a pu être suivi sur 40 m de long. De la céramique du bas Moyen Âge a été retrouvé en des creusements épars sur toute la surface d’emprise. Les rares éléments lapidaires médiévaux proviennent à l’évidence du quartier monastique. Le premier état bâti et organisé est datable du XVIe siècle. Ont été repérés un mur d’enclos sur lequel s’adossent des petites construction et les indices d’au moins quatre autres bâtiments. Si les élévations ont fait l’objet de récupérations différentielles, les sols sont extensivement préservés ainsi que certains aménagements internes dont ceux d’une exceptionnelle forge. La dernière phase des XVIIe-XVIIIe s. correspond à peu de chose près à l’état figuré sur les plans du début du XIXe siècle. Dans la zone basse, plusieurs larges et profonds bassins ou canaux ont été recoupés ainsi que des fondations d’aménagements de jardin. Le plan d’un grand bâtiment en U, levé en 1817, a pu être confirmé non sans constater de lourdes reprises du XIXe s. ; le mur occidental de berge est conservé sur au moins 2,80 m de haut. L’enclos carré bordant le bâtiment en U et la ferme et s’embranchant sur le fossé latéral de la chaussée est resté hors d’atteinte à l’exception d’un profil levé sur la branche méridionale. Les deux sondages internes, sans extension possible, n’ont mis au jour qu’un épandage de matériaux rubéfiés et un reste de sol ou d’apprêt de sol sans limite définie. Cinq ensembles d’édifices de la grande ferme au carré sont compris dans l’emprise. À l’exception du bâtiment septentrional, tous ont conservé leurs sols internes qui peuvent parfois se développer sur plus de 50 cm d’épaisseur. Les élévations ou départ d’élévation sont partout présentes sauf pour le bâtiment méridional dont le parement de grès pour le mur de berge n’apparaît qu’à 1,50 m sous la surface actuelle. Le potentiel archéologique et patrimonial du site est élevé du fait de la conservation optimale des horizons antiques et médiévaux, des sols, des fondations et d’une partie de l’élévation des bâtiments d’époque moderne. L’étude du bâti moderne et des sources d’archives pourrait se révéler essentielle dans une perspective d’étude des grandes « fermes au carré » de la Flandre wallonne. Dans tous les secteurs il convient d’insister sur l’affleurement des vestiges ou sur leur peu d’enfouissement : tout nouvel aménagement, même superficiel, serait destructif.
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02156657
Contributor : Vaiana Vincent <>
Submitted on : Friday, June 14, 2019 - 3:27:25 PM
Last modification on : Thursday, July 18, 2019 - 4:04:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02156657, version 1

Citation

Ludovic Notte, Laurent Deschodt, Jean-François Geoffroy, Benjamin Jagou, Alexia Morel, et al.. Hauts-de-France, Loos, Rue du Marais. Centre pénitencier. Tranche 2 : Rapport de Diagnostic. [Rapport de recherche] Inrap Hauts-de-France. 2017. ⟨hal-02156657⟩

Share

Metrics

Record views

16