Hauts-de-France, Saint-Amand-les-Eaux, Grand-place. Mille ans d'occupation d'un secteur aux portes de l'abbaye de Saint-Amand : rapport de diagnostic.

Résumé : Suite à la découverte d’un crâne humain fin janvier 2018, le chantier de réaménagement de la Grand-Place, entamé depuis plus de 6 mois, a été stoppé par le SRA. L’impact des travaux est significatif ; la destruction de la stratigraphie pouvant être estimée entre 50% et 100% sur le secteur le plus avancé des travaux. En mars et avril 2018, un diagnostic est réalisé sur la partie centrale de la place et aux abords de la tour de l’abbatiale, sur une emprise de 5500 m². Plus de 1000 unités stratigraphiques permettent de dissocier 5 grandes phases d’occupation, s’échelonnant du VIIIe au XVIIIe siècle, de ce secteur bordant l’ancienne abbaye de Saint-Amand fondée avant 639 par Saint-Amand. À la phase I sont associées les plus anciennes structures, recoupant un horizon de sol, et des « terres noires » laissant supposer la pérennisation d’un habitat à proximité du clos abbatial alto-médiéval et de la confluence Elnon/Scarbus. La phase II voit la construction d’un grand bâtiment quadrangulaire au centre de l’emprise. Réduit à l’état de tranchées de récupération de fondations, ce bâtiment pourrait être associé au palatium bordant l’église Saint-Etienne, construit après 990 par Rozala d’Italie, veuve du comte de Flandre Arnould II et éphémère épouse de Robert II, roi des Francs, et achevé avant 1013 par l’abbé Ratbode. À la phase III, une aire funéraire s’installe en partie sur les ruines du bâtiment de la phase II. Près d’une vingtaine de sépultures et une réduction ont été repérées. Probablement contemporaine, une aire artisanale s’installe à 50 mètres vers le sud. Les structures associées ont livré une grande quantité de scories et de culots de forge. À l’opposé de l’emprise, un tronçon de fossé orienté vers l’enclos abbatial a livré des vestiges similaires liés à la forge. La phase IV débute avec les premiers aménagements de place de marché. Un important remblai d’incendie postérieur, daté précisément de 1340, est présent sur une bonne partie de la place. Les vestiges de la croix de marché ont aussi été dégagés. À cette phase IV sont associés deux fossés, et quelques fondations de murs et de plots, s’échelonnant du XIIIe au XVIe siècle. Au début de la phase V correspond la reconstruction de l’abbaye par l’abbé Dubois. Associée à ces travaux, la grande douve visible sur les vues anciennes a pu être partiellement étudiée, de même que le puissant mur la bordant sur trois côtés de la tour abbatiale, et une partie du pont menant à celle-ci. Le mur externe de la grande galerie reliant l’Échevinage à la tour abbatiale a aussi été recoupé. Un important mobilier céramique a été dégagé des premiers niveaux de comblement de la douve. De la place de la phase V, ont été reconnus plusieurs tronçons du chemin pavé menant à l’Échevinage et de celui menant vers l’entrée de l’abbatiale.
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02146164
Contributor : Vaiana Vincent <>
Submitted on : Monday, June 3, 2019 - 4:12:39 PM
Last modification on : Thursday, October 17, 2019 - 9:24:06 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02146164, version 1

Collections

Citation

Alain Henton, Frédéric Broes, Christine Cercy, Laurent Deschodt, Noémie Gryspeirt, et al.. Hauts-de-France, Saint-Amand-les-Eaux, Grand-place. Mille ans d'occupation d'un secteur aux portes de l'abbaye de Saint-Amand : rapport de diagnostic.. [Rapport de recherche] Inrap Hauts-de-France. 2018. ⟨hal-02146164⟩

Share

Metrics

Record views

24