Mardié, « L’Etang », (Loiret, Centre). Rapport d’opération de diagnostic archéologique. Inrap Centre, SRA, 2012.

Abstract : Le diagnostic est situé à 1500 m au nord-est du centre ville de Mardié. Cette intervention est la première opération archéologique préventive réalisée dans la commune de Mardié. Elle se trouve dans un secteur où des indices de sites protohistoriques, antiques et médiévaux ont été répertoriés. En outre, le projet d'exploitation est situé dans le Val de Loire, sur une terrasse alluviale d'environ 6 m d'épaisseur propice à la conservation de vestiges préhistoriques.. Au total, 842 tranchées ont été réalisées en quinconce. Des contraintes d'accessibilités ont été rencontrées. D'une part toutes les tranchées ont été ouvertes en tenant compte de la présence d'un système de drainage intensif. D'autre part, la portion nord-ouest de la zone 4 à proximité immédiate de l'étang était inondée au moment du décapage mécanique. Le sol dans cette partie de l'emprise est très imperméable et son aspect marécageux nous a contraints à ne pas intervenir. Les tranchées représentent donc, avec les fenêtres, une superficie ouverte de 42630 m² soit un peu plus de 8,33 % de la surface disponible. Les alluvions se mettent en place sur le substrat des argiles du Burgalien durant le Pléistocène moyen/ Mindel. Au Pléistocène moyen à récent, des phases de gel et de dégel se succèdent et sont responsables de phénomènes cryogènes et d'incisions (période O). Les indices d'occupations préhistoriques sont représentés par des vestiges d'industrie lithique du Paléolithique ancien ou moyen répartis de manière très lâche sur le site dans des dépôts sablo-graveleux remaniés. Par ailleurs, des silex sont présents d'une façon très diffuse dans les dépôts superficiels. II s'agit certainement d'objets abandonnés au plus tôt au Tardiglaciaire (période 1). La densité des vestiges attribuables à la Protohistoire est très faible (période 2). L'ensemble 1 de la zone 6 est datable de l'âge du Bronze/ âge du Fer, à l'exclusion de La Tène finale. Sa fonction reste pour l'heure inconnue. Par ailleurs, les éléments céramiques de La Tène finale découverts en position résiduelle dans les comblements des établissements gallo-romains incitent à penser qu'une occupation devait se trouver sur l'emprise de l'opération ou bien en périphérie. Les établissements ruraux du Haut-Empire sont les mieux documentés (période 3). Les occupations des ensembles 2 à 5 sont les plus denses. II s'agit très probablement d'établissements à vocation agricole. Quant aux ensembles antiques 7,8,9 et 10 et aux fossés, leur vision reste très diffuse et fragmentée; cela est dû d'une part, à la lisibilité médiocre du terrain, la texture des remblais dans les comblements ne se différenciant pas de celle du substrat, et d'autre part, aux circonstances de l’intervention, les tranchées étant en partie inondées. Ces vestiges constituent néanmoins des indices de répartition spatiale. Le terrain est assez peu praticable en période pluviale, c'est peut-être la raison pour laquelle aucun vestige des périodes médiévale et moderne n'a été appréhendé. La ferme de l’étang est connue au XIXe s, mais aucune trace d'activité agricole n'a été découverte pour cette période (période 4). Par contre, dès les années 1970 se met en place un nouveau système de drainage intensif sur toute l'emprise (période 5).
Complete list of metadatas

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-01801139
Contributor : Edith Rivoire <>
Submitted on : Monday, May 28, 2018 - 11:15:12 AM
Last modification on : Monday, March 11, 2019 - 6:02:14 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01801139, version 1

Collections

Citation

Rivoire Edith, Mickaël Havet. Mardié, « L’Etang », (Loiret, Centre). Rapport d’opération de diagnostic archéologique. Inrap Centre, SRA, 2012.. [Research Report] Inrap; UMR 6273 Centre Michel Boüard - CRAHAM. 2012. ⟨hal-01801139⟩

Share

Metrics

Record views

39