Le fortin de Girolata. Une tour isolée devenue fortin. Fouille et étude de bâti. : Corse, Corse-du-Sud (2A), Osani, Girolata : Rapport de fouille

Résumé : Dans le cadre du projet de restauration du fortin de Girolata et faisant suite au diagnostic réalisé en 2013, une fouille archéologique et étude de bâti portées sur le fortin archéologique fait ressortir l’échelonnement et la complexité de l’ouvrage abouti, ajustement de séquences différentes et de plans qui ont dû varier en fonction des évènements, notamment guerriers. On passe ainsi du concept d’une tour génoise isolée à celui de fortin en accédant dès le départ à une solution originale de défense rapprochée à partir d’un terre-plein bastionné, directement broché à la tour et officiant comme terrasse avec parapet, apparentant l'ensemble à un fort. Caractère renforcé par l’adjonction d’un périmètre défensif à partir d’une première enceinte barrant l’accès à l’éperon du promontoire doit être immédiat, servant vraisemblablement à défendre l’accès initial à la tour, la face sud de son terre-plein pouvant recevoir une porte avec éléments de défense complétant le parapet. S'ensuit la transformation en une deuxième tour accolée et distributive. L’organisation d’une véritable ligne de fortification à l’orée du XVIIe siècle est secondaire. Celle-ci, dégageant une plate-forme protégée avec barbacane sur l’accès et terminée par deux bastions sur la zone la plus sensible, achève la nouvelle conception militaire du fortin sur le modèle d’une petite citadelle. En ce milieu de XVIe siècle, qui voit se dresser sur son splendide promontoire la tour de Girolata, l’accès aux ressources est bien meilleur même si une panne de pierres à chaux peut arrêter un chantier, le maître d’ouvrage (St-Georges) est puissant mais délègue volontiers au local (privatisation) quand il n’est plus directement intéressé. La protection de la Corse s’avère nécessaire car elle occupe une position stratégique dans le nouvel échiquier méditerranéen et l’élaboration d’un cordon de tours ceinturant le littoral est amorcée dès les années 1530 avec plus ou moins de succès. Mais leur entretien posera d’éternels soucis, conduisant à leur ruine. Les techniques alors mises en oeuvre viennent d’Italie et sont novatrices (ravelin, terre-plein bastionné, bastion), elles seront utilisés avec brio par un Vauban à la fin du XVIIe siècle.
Type de document :
Rapport
[Rapport Technique] F030136, Inrap. 2017, 446 p
Liste complète des métadonnées

https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-01514649
Contributeur : Maxime Seguin <>
Soumis le : mercredi 26 avril 2017 - 15:10:02
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:24:46

Identifiants

  • HAL Id : hal-01514649, version 1

Collections

Citation

Astrid Huser, Laurent Ben Chaba, Véronique Abel, Franca Cibecchini, Véronique Fabre, et al.. Le fortin de Girolata. Une tour isolée devenue fortin. Fouille et étude de bâti. : Corse, Corse-du-Sud (2A), Osani, Girolata : Rapport de fouille. [Rapport Technique] F030136, Inrap. 2017, 446 p. 〈hal-01514649〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

88